France seeks to prevent meningitis, expands access to the MenB vaccine

As a global health problem, bacterial meningitis continues to endanger lives even in high income countries with robust healthcare systems. It progresses quickly and can easily be mistaken for less serious diseases, highlighting the importance of prevention as a means to save lives. As bacterial meningitis has many possible causes, multiple vaccines are needed to be protected against prevalent strains of the disease, which differ depending on the spread of germs circulating within a specific region. In France, most cases of invasive meningococcal disease (IMD) are linked to the b serogroup, with over 70% of cases affecting babies and young children in particular. Fortunately, the incidence of IMD has declined in France since 2003 but it remains just as lethal, killing between 9% and 12% of people who contract it. With France simplifying their vaccination schedule for different age groups and the epidemiological evolution of IMD, France’s Haute Autorité de Santé (HAS), or High Authority of Health, modified their prevention strategy, extending the availability of the MenB (Bexsero) vaccine.


For advocates hoping to defeat meningitis this is great news – previously the MenB vaccine was only recommended to people at high-risk of contracting invasive meningococcal B infection, without consideration that certain age groups are particularly vulnerable. Based on real-life data from the UK and results from clinical studies, HAS is recommending that, until the age of four, all children should receive the MenB vaccine.


Bexero was the first anti-meningococcal vaccine targeting serogroup B to obtain marketing authorisation in Europe in January 2013. Since then, there have been promising results, with real-life data from the UK, Italy and Portugal showing dramatic reductions in the incidence in invasive meningococcal B infections following the introduction of the Bexsero vaccine. A few studies even suggest efficacy on other strains (especially W strains). While effective at reducing the incidence of the disease, so far there is no demonstrated impact on carriage and so Bexsero unfortunately does not allow for group immunity against the disease. No concerns over safety have been flagged and the vaccine is well accepted by health professionals, with 90% of general practitioners and paediatricians spoken to by HAS being in favour of including the MenB vaccine in France’s vaccination schedule. 53% of doctors questioned report already recommending the vaccine to their patients given the severity of IMD, but they cited the cost of the vaccine and it not being officially recommended as major barriers in ensuring vaccination.


Before HAS updated their prevention strategy, they took into account all of this published data on vaccine safety and efficacy, along with cost-benefit analyses, preparing a literature review that was shared with associations, unions and societies in January 2021 for their comments. This public consultation re-affirmed the severity of IMD and also recognised that there’s a lack of robust data on the long-term consequences of the disease. This means that the value of prevention can often be underestimated, which is an issue CoMO members have cited for a long time. IMD, and meningitis more broadly, can result in long-term after effects and while they are most keenly felt by the individual affected they do also have wider consequences that extend to their family and community at large. Fortunately, patient groups like Méningites France Association Audrey (France), Meningitis Research Foundation (UK) and Asocación Española contra la Meningitis (Spain) have undertaken research to count the long-term costs of meningitis in their countries. We are, however, still far away from widespread recognition of these considerable impacts.


During this consultation, CoMO members in France, Ensemble Contre Les Méningites (a coalition of Méningites France Association Audrey and The Association Petit Ange Ensemble Contre la Méningite) and CoMO representatives had our concerns heard. With the HAS’s decision to modify its prevention strategy more people will be protected by making the MenB vaccine more accessible, removing the financial barrier of the vaccine and reducing social inequalities in health. This decision is also very timely given people will start to resume their social lives, potentially risking a rise in more cases of vaccine-preventable diseases like meningococcal b meningitis. While there was a significant drop in IMD across all serogroups in 2020, this has been attributed to the public health measures employed to prevent the spread of Covid-19. The HAS affirms that close epidemiological surveillance will take place to see if their recommendations need to be updated given this context.


Speaking to CoMO members in France, they had the following to say regarding this decision:

"The vaccination schedule for the Men B vaccine will help reduce cases of IMD caused by serogroup B. This vaccine was expected, in the general population, by doctors, pediatricians and families. With this generalized vaccination strategy, the Association recognizes here a coherent decision of the HAS, intended to protect the lives of our children." – Patricia Merhant-Sorel, President of The Association Petit Ange Ensemble Contre la Méningite and Co-Founder of Ensemble Contre Les Méningites.

Read more:

· About the HAS’s decision here.

· About counting the costs research undertaken by patient groups here.

La France cherche à prévenir les méningites, elle étend l'accès au vaccin MenB

En tant que problème de santé mondial, la méningite bactérienne continue de mettre des vies en danger même dans les pays à revenu élevé dotés de systèmes de santé solides. Elle évolue rapidement et peut facilement être confondue avec des maladies moins graves, soulignant l'importance de la prévention comme moyen de sauver des vies. Comme la méningite bactérienne a de nombreuses causes possibles, plusieurs vaccins sont nécessaires pour être protégés contre les souches prévalentes de la maladie, qui diffèrent en fonction de la propagation des germes circulant dans une région spécifique. En France, la plupart des cas de l’infection invasive à méningocoque (IMM) sont liés au sérogroupe b, avec plus de 70 % des cas touchant particulièrement les bébés et les jeunes enfants. Heureusement, l'incidence de l'IMM a diminué en France depuis 2003 mais elle reste tout aussi mortelle, tuant entre 9 % et 12 % des personnes qui la contractent. La France simplifiant son calendrier de vaccination pour différentes tranches d'âge et l'évolution épidémiologique de l'IMM, la Haute Autorité de Santé (HAS) française a modifié sa stratégie de prévention, étendant la disponibilité du vaccin MenB (Bexsero).


Pour les défenseurs qui espèrent vaincre la méningite, c'est une excellente nouvelle - auparavant, le vaccin MenB n'était recommandé qu'aux personnes à haut risque de contracter une infection invasive à méningocoque B, sans tenir compte du fait que certains groupes d'âge sont particulièrement vulnérables. Sur la base de données réelles du Royaume-Uni et de résultats d'études cliniques, la HAS recommande que, jusqu'à l'âge de quatre ans, tous les enfants reçoivent le vaccin MenB.


Bexero a été le premier vaccin antiméningococcique ciblant le sérogroupe B à obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe en janvier 2013. Depuis lors, des résultats prometteurs ont été obtenus, avec des données réelles du Royaume-Uni, d'Italie et du Portugal montrant des réductions spectaculaires de l'incidence des infections invasives. infections à méningocoque B suite à l'introduction du vaccin Bexsero. Quelques études suggèrent même une efficacité sur d'autres souches (notamment les souches W). Bien qu'efficace pour réduire l'incidence de la maladie, jusqu'à présent, il n'y a pas d'impact démontré sur le portage et donc Bexsero ne permet malheureusement pas d'immunité de groupe contre la maladie. Aucune inquiétude sur la sécurité n'a été signalée et le vaccin est bien accepté par les professionnels de santé, 90 % des médecins généralistes et pédiatres interrogés par la HAS étant favorables à l'inclusion du vaccin MenB dans le calendrier vaccinal français. 53% des médecins interrogés déclarent déjà recommander le vaccin à leurs patients compte tenu de la gravité de l'IMM, mais ils ont cité le coût du vaccin et le fait qu'il n'est pas officiellement recommandé comme des obstacles majeurs pour assurer la vaccination.


Avant de mettre à jour sa stratégie de prévention, la HAS a pris en compte toutes ces données publiées sur la sécurité et l'efficacité des vaccins, ainsi que les analyses coûts-bénéfices, préparant une revue de la littérature qui a été partagée avec les associations, syndicats et sociétés en janvier 2021 pour leurs commentaires. Cette consultation publique a réaffirmé la gravité de l’IMM et a également reconnu qu'il y a un manque de données solides sur les conséquences à long terme de la maladie. Cela signifie que la valeur de la prévention peut souvent être sous-estimée, ce qui est un problème que les membres de la CoMO citent depuis longtemps. Les IMM, et plus largement la méningite, peuvent entraîner des séquelles à long terme et, bien qu'elles soient plus vivement ressenties par la personne affectée, elles ont également des conséquences plus larges qui s'étendent à leur famille et à leur communauté dans son ensemble. Heureusement, des groupes de patients comme Méningites France Association Audrey (France), la Meningitis Research Foundation (Royaume-Uni) et l'Asocación Española contra la Meningitis (Espagne) ont entrepris des recherches pour comptabiliser les coûts à long terme de la méningite dans leur pays. Nous sommes cependant encore loin d'une reconnaissance généralisée de ces impacts considérables.


Lors de cette consultation, les membres de la CoMO en France, l'Ensemble Contre Les Méningites (une coalition de Méningites France Association Audrey et de l'Association Petit Ange Ensemble Contre la Méningite) et les représentants de la CoMO ont fait entendre nos préoccupations. Avec la décision de la HAS de modifier sa stratégie de prévention, davantage de personnes seront protégées en rendant le vaccin MenB plus accessible, en supprimant la barrière financière du vaccin et en réduisant les inégalités sociales de santé. Cette décision est également très opportune étant donné que les gens commenceront à reprendre leur vie sociale, risquant potentiellement une augmentation du nombre de cas de maladies évitables par la vaccination comme la méningite à méningocoque b. Bien qu'il y ait eu une baisse significative de l’IMM dans tous les sérogroupes en 2020, cela a été attribué aux mesures de santé publique utilisées pour empêcher la propagation de Covid-19. La HAS affirme qu'une surveillance épidémiologique étroite sera mise en place pour voir si leurs recommandations doivent être actualisées dans ce contexte.


S'adressant aux membres de la CoMO en France, ils ont déclaré ce qui suit concernant cette décision :


"La mise en calendrier vaccinal du vaccin Men B contribuera à réduire les IMM sérogroupe B. Ce vaccin était attendu, en population générale, par les médecins, par les pédiatres et les familles. Avec cette stratégie vaccinale généralisée, l'Association reconnaît ici une décision cohérente de la HAS destinée à protéger la vie de nos enfants." Patricia Merhant-Sorel, Présidente de l’Association Petit Ange Ensemble Contre la Méningite et Co-fondateur de l'Ensemble Contre Les Méningites.

Lire la suite:

· Sur la décision de la HAS ici.

· À propos du décompte des coûts des recherches entreprises par les groupes de patients ici.


47 views0 comments